The page you're viewing is for French (EMEA) region.

Investors

The page you're viewing is for French (EMEA) region.

Adopterez-vous le datacenter de 4e génération ?

Peter Panfil •

Avec la montée en puissance du cloud, 2012 a vu émerger la 3e génération de datacenters. Afin de mieux gérer cette croissance, les fournisseurs majeurs de cloud et de colocation ont usé de leur influence sur le marché pour stimuler les innovations en matière de conception de datacenters.

Ils ont ainsi pu s’éloigner de l’approche 2e génération de construction de datacenters pour favoriser la situation future escomptée dans laquelle les organisations pourraient se développer, et tendre vers une approche plus flexible leur permettant d’ajouter des capacités de façon progressive à leur convenance. Pour ce faire, ils ont annoncé très clairement aux fabricants et concepteurs d’équipements de datacenters leur volonté d’installer ce dont ils ont besoin, lorsqu’ils en ont besoin, au plus bas coût possible.

C’est ce que nous appelons la génération cloud et, bien que cela représente un pourcentage croissant des capacités globales du secteur, le pourcentage du nombre total d’installations est bien inférieur. Selon une étude récente menée par IHS, le cloud et la colocation représentent 40% de la superficie de l’ensemble des datacenters, mais seulement 5% du nombre total de datacenters. Cela signifie que 95% des datacenters en exploitation aujourd’hui (c.-à-d. 60% de la capacité globale) ne se trouvent pas dans une posture idéale, en termes de taille et de risques, pour profiter pleinement de la flexibilité et de la rentabilité du capital offertes par le datacenter de 3e génération.

Cet état de fait a débouché sur le développement du datacenter de 4e génération qui permet au reste du marché de bénéficier des avantages du datacenter de 3e génération. Appelée Edge2Core, cette toute dernière génération se développe pour répondre aux besoins des entreprises d’intégrer harmonieusement les installations centrales et périphériques, ainsi que les ressources cloud et en colocation, afin de fournir une gestion des capacités en temps quasi réel sur l’ensemble des actifs.

Pour soutenir cette évolution, des changements doivent être apportés au niveau du refroidissement et de l’infrastructure électrique. Nous aborderons les exigences en matière de refroidissement dans un prochain article. Voici pour le moment les quatre points suivants relatifs aux systèmes d’alimentation critique qui soutiennent cette évolution:

  • La conception de l’ASI peut contribuer à améliorer la flexibilité et l’efficacité opérationnelles. À l’instar du Liebert EXL S1, les modèles d’ASI innovants actuels présentent une densité électrique supérieure qui leur permet de prendre en charge des capacités plus importantes avec un encombrement réduit; un fonctionnement à 3 niveaux qui permet d’adapter le mode de fonctionnement à la qualité de l’alimentation électrique d’entrée pour plus d’efficacité; et une évolutivité au niveau des unités qui réduit le coût initial tout en conservant une flexibilité ultérieure.
  • Une autre caractéristique des modèles d’ASI plus récents est la prise en charge des batteries Lithium-Ion (LIB). Les batteries plomb-acide continuent de représenter le maillon faible de nombreux systèmes d’alimentation de datacenters de 2e génération, et c’est dans ce contexte que les LIB interviennent en renfort. Les batteries Lithium-Ion présentent une densité énergétique supérieure à celle des batteries plomb-acide, ce qui se traduit par des économies de poids et d’espace. Elles peuvent également fonctionner en toute sécurité à des températures ambiantes supérieures sans dégradation, réduisant les coûts de refroidissement. Le plus important est leur durée de vie jusqu’à quatre fois plus longue que les batteries plomb-acide, pour une plus grande fiabilité et des coûts de remplacement réduits.
  • Le troisième pilier du système d’alimentation à prendre en compte est la distribution électrique. Les PDUs plus récents assurent une plus grande flexibilité en permettant de réapprovisionner des composants sans mettre le PDU hors tension. En outre, l’intégration du PDU dans l’architecture de distribution en usine permet de supprimer des composants redondants, offrant un déploiement plus rapide, un coût moindre et un encombrement réduit.
  • Enfin, il est possible de faire évoluer l’architecture de l’ASI afin d’accroître l’usage et la modularité. De nombreuses entreprises se rendent compte qu’elles peuvent passer d’une architecture 2N + 1 à une architecture 2N, ou d’une architecture 2N à une architecture de secours, et parvenir à une utilisation et une flexibilité supérieures tout en conservant la redondance dont elles ont besoin pour atteindre leurs objectifs de disponibilité.

Bien que les avantages de chaque stratégie soient convaincants, un certain scepticisme est affiché par les responsables de datacenter qui sont parfaitement satisfaits des datacenters de 2e génération et voient d’un œil méfiant la volonté de changer ce qui fonctionne. Leurs préoccupations se répartissent généralement en quatre catégories :

  1. Le personnel d’exploitation est à l’aise avec notre approche actuelle qui assure la disponibilité dont nous avons besoin. Comment savoir avec certitude qu’ils accepteront ces changements, susceptibles d’être perçus comme drastiques ?
  2. Certains éléments nous plaisent, mais cela nous semble impossible de tout mettre en œuvre dans la foulée. Faut-il adopter chaque stratégie pour concrétiser les avantages du datacenter de 4e génération ?
  3. Cela fonctionnera-t-il dans mon datacenter? Comment l’adapter à mon équipement et mes exigences spécifiques?
  4. Nous ne construisons pas de nouveaux datacenters. donc comment peut-on mettre cela en œuvre dans une installation existante sans perturber nos opérations ni supprimer complètement l’équipement en état de fonctionnement?

Il s’agit de questions complexes auxquelles une réponse doit être apportée en fonction des spécificités de la situation. Certains principes généraux s’appliquent cependant à toutes les situations.

Tout d’abord, il est primordial que vous soyez à l’aise avec les technologies et les architectures avant tout changement. Nous avons vu des responsables de datacenter, plutôt sceptiques au départ quant à la volonté de leurs organisations de s’approprier les stratégies de 4e génération, évaluer les technologies et architectures relatives à leur datacenter pour finalement devenir de grands défenseurs du changement. Par exemple, une organisation a constaté que le passage d’une architecture 2N + 1 ASI à une architecture 2N évolutive a réduit leurs coûts initiaux de plus de 30% et entraîné une baisse de 50% de leur coût par kW. Fort de cette information, le responsable du datacenter est devenu un fervent soutien du changement au sein de son organisation.

Pour diverses raisons, cette organisation n’était pas à l’aise avec les batteries Lithium-Ion et a choisi de conserver les batteries VLRA. Cela montre qu’il n’est pas nécessaire de s’approprier l’ensemble des quatre stratégies pour bénéficier d’avantages importants. Les stratégies sont complémentaires, mais chacune a une valeur propre qui doit être évaluée aussi bien séparément que collectivement. Souvent, elles peuvent être appliquées à des friches industrielles sans perturbation majeure, selon l’équipement existant et la configuration des installations. mais il est nécessaire d’en discuter avec votre partenaire d’infrastructure et d’examiner la viabilité de chacun des éléments pour savoir de quoi il retourne.

L’edge est en plein essor et les organisations recherchent une plus grande flexibilité ainsi qu’une meilleure efficacité opérationnelle. Le datacenter d’entreprise ne disparaît pas pour autant, il a simplement besoin de se détacher du modèle de 2e génération pour mieux soutenir la croissance en périphérie, accroître l’utilisation des actifs et l’efficacité opérationnelle, réduire la complexité, et permettre le contrôle et la gestion automatisés. Les opérateurs de datacenter ont désormais une orientation claire pour concrétiser ces objectifs.

INVESTORS
Présentation
IMPartner Link Test

Langue & Localisation